Un client dit avoir envie de votre produit ? Super. Mais est-ce suffisant pour le mener à l’achat ? La vérité est qu’il faut généralement le convaincre qu’il en a besoin.

Pour être clair, je ne vous dit pas de raconter des histoires pour vendre du vent. Vos clients doivent tirer le maximum de bénéfices de votre produit ou service. Mais sont-ils prêts à ouvrir leur portefeuille ? C’est ici qu’intervient la science de la persuasion.

La Science de la persuasion

Apprenez à utiliser la science de la persuasion pour rapidement convaincre vos clients.

La majorité des vendeurs ne jurent que par leurs techniques de persuasion personnelles. Elles fonctionnent très bien. Mais qu’en dit la science ?

Des études scientifiques ont été menées sur les techniques qui amènent les gens à agir d’une certaine manière. Profitez-en !

Ne choisissez-pas votre méthode de persuasion sur simple base d’un pressentiment. Reposez-vous sur la science et les résultats de ces expériences.

La Science de la persuasion

Avant votre prochaine rencontre ou appel téléphonique, demandez-vous :

Laquelle de ces 6 techniques de persuasion aura le plus d’impacte sur vos ventes ?

Mais surtout, testez-les. Ajustez votre approche en fonction de vos premiers résultats. Puis retestez. … Vous verrez vos ventes exploser !

Cela n’a rien de magique, c’est de la science, j’en suis persuadé. Et vous ? 😉

Source infographie et inspiration : hubspot.com

Patrice Decoeur


Consultant SEO passionné de marketing, Patrice partage ses connaissances et expériences. Vous y trouvez des articles sur les théories et des applications pratiques, des études de cas, … des domaines du marketing, du webmarketing, du référencement et de l'entrepreneuriat.


3 réponses à La science de la persuasion, pour convaincre vos clients

  • Merci Patrice pour cet article, il y a beaucoup des leçons à tirer pour améliorer nos face to face au cotidien. Je vous promet de mettre en pratique les 6 principes et de revenir vers vous pour évaluation
    Celestin

  • Aujourd’hui en pharmacie dans le cadre des mes activités (promotion des spécialités pharmaceutiques), la vendeuse m’a rétorqué que mon produit n’était pas conseillé parce qu’il n’y avait pas d’ordonnance. Conclusion :ce sont les prescriptions qui la poussent à conseiller.ce qui correspond à notre troisième principe de la persuasion.

Catégories