Sélectionner une page

Quel budget faut-il prévoir pour démarrer son entreprise ?

Les formalités de la création d’entreprise se sont largement simplifiées ces dernières années. Toutefois, elles ne sont pas gratuites. Bien connaître leurs coûts est indispensable pour estimer correctement les besoins de financement de votre entreprise. Ces derniers peuvent connaître des variations significatives selon le statut que vous souhaitez donner à votre établissement : SARL, EURL, SASU, EIRL ou microentreprise. Alors, quel budget devez-vous prévoir pour lancer votre entreprise ? Découvrez la réponse dans ce guide !

Le coût de l’annonce légale

Lorsque vous envisagez de créer une société (SARL, SASU, SAS, SNC, SCI ou SELARL…), il est impératif de publier un avis dans un journal d’annonces légales. Sans cela, votre dossier ne sera pas accepté par le greffe. La publication de cette annonce a un coût variable qui est fixé chaque année par le ministre de la Culture et de la Communication et le ministre de l’Économie et des Finances. Vous êtes autorisé à publier dans le journal d’annonces légales de votre choix à condition que celui-ci soit situé dans le même département que votre siège social.

Grâce à cette liberté, vous pouvez optimiser les coûts en choisissant minutieusement votre journal. À cet effet, sachez que le prix d’une annonce légale dépend de plusieurs éléments, dont le département de publication et le nombre de lignes. À Paris par exemple, le tarif HT à la ligne est de 5,39 euros. Ainsi, pour un avis de 25 lignes publié dans un journal d’annonces légales parisien, le coût est de 25 x 5,39, soit 134,75 euros (HT). À ce dernier, il faudra ajouter le coût de l’exemplaire du journal d’annonces légales qui vous sera remis par voie postale.

Il est important d’optimiser votre annonce si vous souhaitez payer un montant raisonnable. En effet, certaines mentions ne sont pas utiles et peuvent être supprimées afin de réduire le nombre de lignes du formulaire. Vous pouvez visiter des sites qui proposent ces formulaires optimisés. Ces derniers peuvent vous permettre de faire des économies de l’ordre de 30 à 40 %. N’hésitez donc pas à comparer différents journaux afin de faire un bon choix.

Le capital social

Le capital social ne concerne pas les entreprises individuelles, mais seulement les sociétés. Il est votre première source de trésorerie et peut couvrir partiellement les frais identifiés pour le démarrage des activités de votre entreprise. Il est réparti en deux catégories à savoir : les apports numéraires et les apports en nature.

Les apports en numéraire

Pour les SARL, EURL et SAS, les apports en numéraire sont fixés à 1 euro au moins. Par contre pour une SA, ils s’élèvent à 37 000 euros. Cependant, vous avez la possibilité de ne verser que la moitié, soit 18 500 euros lors de la création de l’entreprise.

De toute évidence, il peut sembler plus intéressant de créer une SARL, une EURL ou une SAS plutôt qu’une SA. Toutefois, retenez que ce ne sont pas les frais de création qui doivent vous orienter vers le type d’entreprise à créer.

Les apports en nature

Vous pouvez effectuer un apport initial en nature (des biens meubles par exemple) pour constituer le capital social de votre entreprise. Dans ce cas, l’expertise d’un commissaire aux apports peut être nécessaire. Ce dernier fixe librement ses honoraires en fonction du type et de la nature de votre apport. Prévoyez entre 1000 et 2000 euros pour cela.

Lorsque vous envisagez de créer une EURL ou une SARL, vous pouvez ne pas solliciter les services d’un commissaire aux apports si aucun apport en nature n’excède 7500 euros. La somme totale des différents apports ne doit également pas excéder la moitié de votre capital social. Par contre, pour une SA ou une SAS, le recours à un commissaire aux apports est systématique.

Combien coûtent les démarches administratives ?

En dehors de l’annonce légale et des frais liés à la constitution du capital, il faut également prévoir un budget pour les démarches administratives restantes.

La rédaction des statuts

La rédaction des statuts de votre entreprise est une étape indispensable lors de sa création. Ces derniers définissent les règles qui régissent les rapports entre les associés, mais également les interactions avec les tiers. La procédure ne concerne pas les entreprises individuelles, mais uniquement les sociétés. Vous pouvez avoir recours aux services d’un professionnel pour cette démarche administrative. Toutefois, aucune obligation légale ne vous empêche de rédiger personnellement les statuts de votre société.

Si vous choisissez cette option, vous pouvez télécharger gratuitement sur internet des modèles de statuts que vous compléterez en fonction des caractéristiques de votre entreprise. Mais dans ce cas, assurez-vous que les modèles que vous avez choisis portent les mentions obligatoires imposées par la loi pour votre type d’entreprise.

Cela est très important, car si vos statuts sont approuvés et validés, leurs modifications engendreront des frais conséquents. Pour éviter ces revers, je vous conseille de faire appel à un avocat spécialisé en droit des sociétés ou à un expert-comptable.

Confier la rédaction des statuts à un expert est une solution qui peut paraître onéreuse certes, mais vous avez la certitude d’obtenir un résultat professionnel. Les honoraires d’un expert dépendent principalement :

  • De sa notoriété ;
  • Du nombre d’associés ;
  • De la forme juridique de la société ;
  • De la complexité des règles de fonctionnement de l’établissement nouvellement créé.

Les statuts d’une SARL sont par exemple plus simples à rédiger que ceux d’une SA. Pour une société qui n’a qu’un seul associé, les frais n’excèdent pas 500 euros en général. Pour des projets qui réunissent plusieurs associés, les frais peuvent varier entre 800 et 3000 euros.

L’immatriculation

Votre entreprise en cours de création doit être immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Vous pouvez réaliser cette procédure dans un Centre de Formalité des Entreprises. Les tarifs varient selon le statut de votre entreprise. Ils s’élèvent à 25,34 euros pour une entreprise individuelle commerciale et 39,42 euros pour une société commerciale. La procédure est gratuite pour les microentreprises. Si la démarche aboutit, vous obtiendrez votre extrait Kbis, un document légal qui justifie votre immatriculation.

Si vous êtes artisan, vous devez vous immatriculer au répertoire des métiers (RM) afin de pouvoir exercer comme travailleur indépendant. Les coûts liés à cette demande varient entre 60 et 90 euros en fonction du statut juridique choisi. Vous avez également la possibilité d’effectuer un stage de préparation à l’installation (SPI) auprès de votre chambre de métiers. Ce stage vous coûtera en moyenne 200 euros.

Voilà, vous pouvez désormais estimer le budget qu’il vous faut pour remplir les formalités administratives liées à la création de votre entreprise. Des frais d’étude de marché ou de dépôt de demande de brevet peuvent également s’y ajouter. Assurez-vous d’en tenir compte s’ils vous concernent.

Le business en ligne, c’est du travail !

Pour atteindre la liberté financière, de plus en plus de personnes se lancent dans l’entrepreneuriat. En 2019 par exemple, plus de 815 000 entreprises ont été créées. Parmi les entrepreneurs, beaucoup choisissent le business en ligne pour générer des revenus relativement importants. Vous pouvez vous aussi développer une activité en ligne ou digitaliser votre entreprise si vous avez déjà un point de vente physique. Mais, comment réussir le lancement d’une entreprise en ligne ? Quelles sont les meilleures activités pour gagner de l’argent sur internet ?

Le business en ligne, ce n’est jamais de l’argent facile

Impossible d’y échapper, internet est désormais omniprésent dans nos vies. Des milliards de personnes sont aujourd’hui connectés par ce canal et la majorité souhaite en faire une source de revenus sans fournir le moindre effort. Cependant, il n’y a pas de « gain facile » avec le business en ligne. Quelle que soit votre activité en ligne, vous éprouverez certainement quelques difficultés au départ, car il n’est pas toujours aisé de trouver un produit qui intéresse le public ou qui malgré la concurrence arrive à toucher du monde.

Avec les milliers de blogs qui sont créés dans chaque niche, et les nombreuses entreprises en ligne qui offrent les mêmes services que vous, vous devez être parmi les meilleurs pour rentabiliser votre business. Une chose est sûre, des activités rentables en ligne existent. Mais, c’est uniquement en travaillant dur que vous atteindrez un bon chiffre d’affaires annuel.

business en ligne

Quel type d’activité choisir pour gagner de l’argent ?

Pour gagner de l’argent en ligne, vous pouvez entreprendre l’une de ces activités.

Le dropshipping

Il s’agit d’une activité en ligne qui vous permet de vendre un produit sans avoir de stock et en demandant juste au fournisseur d’expédier directement chez le client. L’activité est très intéressante, car vous évitez de garder sur les bras des stocks invendus. Mais les délais de livraison peuvent être plutôt longs. De plus, il faut être déclaré pour faire du dropshipping. En France par exemple, avoir le statut d’autoentrepreneur ou de micro-entreprise dès 16 ans permet de vous adonner à cette activité. Vous pourrez créer une SAS, SASU ou SARL une fois que votre business connaîtra une bonne croissance. À noter que seule une bonne niche vous permettra de vous faire un maximum de revenus avec le dropshipping. Une niche, c’est une quantité limitée de futurs acheteurs (quelques centaines ou milliers) représentant un petit segment de marché. Ce qui est intéressant avec ce concept, c’est que vous pouvez vous positionner comme un spécialiste et écouler plus aisément votre produit.

L’affiliation

Il s’agit d’une technique e-marketing qui permet à un site web annonceur de faire la promotion de ses produits ou services en proposant une rémunération à d’autres sites web éditeurs (affiliés) en contrepartie d’un apport de ventes, de trafic ou d’inscriptions. Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur le dropshipping, l’affiliation, le coaching, la création d’application ou d’un blog de niche ou toute autre forme de business en ligne, vous avez la possibilité de suivre des formations adaptées et accéder à de précieux conseils directement en ligne pour lancer et développer vos affaires.

Pour faire de l’affiliation aujourd’hui sur internet, vous devez avant tout choisir un produit à promouvoir en tant qu’affilié. Pour faire un bon choix, commencez par des produits que vous connaissez et aimez déjà, car cela vous fera gagner du temps. Vous pourrez ainsi témoigner facilement des résultats. Toutefois, si vous n’avez pas de connaissance particulière sur un produit, vous pouvez rechercher des produits via un réseau d’affiliations. Cette approche vous invite en réalité à l’achat de produits à essayer.

Ensuite, installez-vous en tant qu’affilié. Pour y parvenir, il faut postuler et être approuvé par le vendeur du produit. Il vous fournira un lien d’affiliation. Chaque fois que votre lien sera utilisé pour l’achat du produit, vous gagnerez des commissions. Cependant, c’est uniquement par la promotion de vos offres d’affiliation que vous retiendrez l’attention d’éventuels acheteurs. Avec des moyens déguisés comme la rédaction de contenu personnalisé sur un blog, il est vraiment simple aujourd’hui de drainer du trafic autour de votre produit. Dans tous les cas, n’oubliez pas de vous conformer aux exigences légales sur l’affiliation qui varient d’un territoire à l’autre. Dans beaucoup de pays par exemple, vous êtes tenu d’informer les internautes que vous touchez une commission sur chacune de vos ventes.

Le coaching et la vente de formations

Cette stratégie vous permettra d’augmenter vos revenus si vous avez des compétences particulières. Il vous suffira de proposer des cours individuels ou de faire des séances de coaching sur un sujet particulier et d’actualité. Cela se fait généralement sur les réseaux sociaux (dans les groupes Facebook, WhatsApp, sur YouTube…). Vous pouvez aussi créer un site en ligne pour vendre vos formations à vos abonnées ou aux membres.

La création d’application

C’est une activité qui n’est pas donnée à tout le monde, car il faut s’armer de beaucoup de patience pour pouvoir la monétiser. Vous devez bien réfléchir sur les modèles de rémunération. Il existe actuellement sur le marché divers modes de rémunérations pour une application : achat In-app, l’application payante, les applications de jeux et les applications de Shopping. Dans tous les cas, il vous faut une bonne formation pour pouvoir créer une application de qualité supérieure.

se lancer en dropshipping

Comment réussir le lancement de votre entreprise en ligne ?

Vous n’obtiendrez rien en ligne sans investir du temps et sans une motivation à toute épreuve. Assurez-vous également que les services ou produits proposés par votre entreprise en ligne sont intéressants, et démarquez-vous de vos concurrents en faisant preuve d’originalité ainsi que de créativité. Par exemple, si vous envisagez de lancer un site internet, travaillez correctement en amont votre stratégie SEO, car il reste l’une des sources de trafic les plus sûres et rentables. Les techniques et stratégies de marketing digital sont innombrables aujourd’hui, vous devez dénicher celle adaptée à votre activité pour réussir.

Comment rentabiliser votre business en ligne sur le long terme ?

Pour maintenir votre business à flot et le développer sur le long terme, vous devez éviter de dépendre d’une seule source de trafic, car vous n’irez pas bien loin si celle-ci se coupe subitement. Vos sources de trafics doivent donc être diverses et variées (Facebook Ads, Google Adwords). Quelle que soit la situation, ne vous découragez pas et soyez toujours à l’affût des opportunités.

En somme, créer un business en ligne n’est pas une mince affaire, mais avec une bonne formation et des activités comme le dropshipping, l’affiliation, la création d’application, le coaching et la vente de formations, vous pouvez gagner beaucoup d’argent.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4289603

La demande d’extrait KBis est-elle payante ?

Délivré après l’immatriculation au RCS, l’extrait KBis est l’acte officiel qui prouve l’existence légale d’une entreprise. Sa présentation est exigée dans de nombreuses démarches relatives au bon développement de l’entreprise : candidature à un appel d’offres, achat de matériel professionnel, procédure judiciaire, etc. Tout individu intéressé peut faire une demande d’extrait KBis de l’entreprise de son choix.

Sommaire :

  1. Comment faire une demande d’extrait KBis ?
  2. Quelle est l’utilité de l’extrait KBis ?
  3. Qui peut faire une demande d’extrait KBis ?
  4. Est-il possible d’obtenir un extrait KBis gratuitement ?
  5. Combien de temps l’extrait KBis est-il valide ?
  6. Comment toujours avoir un extrait KBis récent ?
  7. Demander l’envoi périodique de l’extrait KBis : pour quel type d’entreprise ?

Comment faire une demande d’extrait KBis ?

La demande d’extrait KBis se fait auprès du Greffe du tribunal de commerce dont dépend l’entreprise sauf pour celles établies en Alsace et en Moselle. Pour ces dernières, il faut s’adresser à la chambre commerciale du tribunal d’instance ou de grande instance. Il est également possible de faire une demande d’extrait KBis en ligne. Cela se fait sur le site officiel d’infogreffe. Il vous suffit d’entrer la dénomination ou le numéro SIREN ou SIRET de l’entreprise dans la barre de recherche. Pensez à préciser la famille d’activité et le lieu d’exercice pour filtrer les recherches. Il ne vous reste plus qu’à sélectionner l’onglet extrait KBis sur la fiche infogreffe de l’entreprise et à l’ajouter au panier. Terminez votre commande en cliquant sur le bouton dédié à cet effet. Puis, suivez les dernières étapes indiquées pour récupérer le document officiel. Notons que cette démarche est payante. Le mieux est de solliciter les services d’extrait-kbis.net pour en savoir plus sur le sujet.

extrait KBis

Qui peut faire une demande d’extrait KBis ?

Pour information, le registre du commerce et des sociétés a pour rôle de permettre l’identification des entreprises et des sociétés et d’informer le public sur leur existence. L’immatriculation est capitale pour exercer une activité commerciale légalement. D’ailleurs, la non-inscription au RCS fait acte de mauvaise foi et est considérée comme un travail dissimulé qui est passible de sanctions pénales dont 45000 euros d’amende et 3 ans d’emprisonnement.

L’immatriculation au RCS se matérialise par la délivrance de l’extrait KBis par le tribunal de commerce. De ce fait, les informations portées au RCS sont accessibles au public. N’importe qui peut donc faire une demande de l’extrait KBis de l’entreprise dont il souhaite obtenir les informations.

Est-il possible d’obtenir un extrait KBis gratuitement ?

Tout dirigeant d’entreprise immatriculée au RCS peut obtenir leur extrait KBis en format numérique sur le site monidenum.fr. Il s’agit d’un service d’authentification sous la responsabilité du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce. La demande d’extrait KBis en format numérique sur le site est gratuite, sécurisée et peut se faire de façon illimitée.

Quelle est l’utilité de l’extrait KBis ?

L’extrait KBis est requis lors d’une candidature à un appel d’offre, de l’ouverture d’un compte bancaire professionnel, d’achat de matériel professionnel, etc. Ce document renseigne sur toutes les informations portées au registre du commerce et des sociétés concernant l’entreprise. En effet, l’extrait KBis mentionne, entre autres, le nom du greffier du tribunal de commerce ayant signé l’immatriculation, la dénomination sociale de l’entreprise, son numéro SIREN, son code APE et sa forme juridique. Le montant du capital social, l’adresse, la date de création, l’activité détaillée et le nom de domaine du site officiel de la société sont également mentionnés dans le document. L’extrait KBis indique également l’identité du dirigeant principal de l’entreprise, de ses administrateurs et des commissaires aux comptes.

Combien de temps l’extrait KBis est-il valide ?

Normalement, l’extrait KBis n’a pas de durée de validité. Néanmoins, disposer d’une version de moins de 3 mois est recommandé car cette dernière sera exigée pour la réalisation des différentes démarches relatives au bon développement de l’entreprise. Cela est explicable par le fait qu’une entreprise subit de nombreuses modifications au cours de sa vie. Les changements peuvent être effectués à tout moment et nécessitent une mise à jour du document officiel. Pour prouver la véridicité des informations concernant votre entreprise lors des différentes démarches, il est donc essentiel de demander une version récente de l’acte officiel. Par ailleurs, il est important de noter que seul le document officiel commandé auprès du Greffe, délivré et signé par le greffier du tribunal du commerce fait foi.

extrait KBis

Comment toujours avoir un extrait KBis récent ?

Il est possible de recevoir régulièrement un extrait KBis à jour sur certains sites. L’envoi périodique est une option présentée lors du processus de commande. Vous devez simplement sélectionner la case courrier, indiquer la périodicité et la durée durant laquelle vous souhaitez recevoir le document. La durée maximale est de 24 mois. Vous recevrez l’extrait Kbis à votre adresse postale selon la périodicité et la durée que vous avez indiquées. Notons que vous pouvez indiquer une autre adresse lors de la commande ou pendant la durée des envois périodiques.

Demander l’envoi périodique de l’extrait KBis : pour quel type d’entreprise ?

Vous pouvez demander l’envoi périodique d’extrait KBis de la plupart des entreprises immatriculées au registre du commerce et des sociétés de tous greffes confondus. Néanmoins, la demande ne peut pas se faire avec les entreprises radiées, non immatriculées au RCS, non reprises en informatique ou en procédure de liquidation judiciaire. Dans le cas où vous avez demandé l’envoi périodique d’extrait KBis d’une entreprise faisant l’objet d’une radiation ou d’une procédure de liquidation judiciaire, les envois seront automatiquement stoppés dès le début des procédures.

Pour exercer en toute légalité une activité commerciale, chaque entreprise doit s’immatriculer au registre du commerce et des sociétés. Cette étape est finalisée par l’obtention de l’extrait Kbis. La demande de cet acte officiel est payante. Elle peut être effectuée par les chefs d’entreprise ou par toute personne extérieure et intéressée. Quant aux dirigeants d’entreprise, ils peuvent obtenir gratuitement, de façon illimitée et sécurisée leur extrait KBis sur monidenum.fr.

Sources :

https://www.economie.gouv.fr/entreprises/extrait-k-KBis-registre-commerce-societe

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F21000

https://www.infogreffe.fr/documents-officiels/demande-KBis.html

https://monidenum.fr/

Comment gagner de l’argent depuis chez soi ?

Internet a changé beaucoup de choses dans nos vies durant ces vingt dernières années. Le réseau nous a permis de nous exprimer, de partager, de nous informer, mais aussi de faire des affaires. Aujourd’hui, beaucoup de personnes peuvent travailler à domicile et réussissent, grâce au travail à distance, à dégager des revenus tout en travaillant depuis leur domicile. Que ce soit en activité principale ou pour dégager un complément de revenu, voici les solutions qui permettent de gagner de l’argent depuis chez soi.

comment gagner de l'argent de chez soi ?

En monétisant son site web

L’une des manières les plus évidentes de dégager un revenu régulier en travaillant depuis son domicile est de créer un ou plusieurs sites web, et de le monétiser. Pour cela, il existe différentes solutions et les idées pour gagner de l’argent depuis chez soi ne manquent pas. D’abord, il est possible de passer par le système de l’affiliation. S’associer à d’autres sites web pour les aider à générer des leads permet de trouver une source de revenus. Pour les sites à fort trafic, le display est également une bonne solution. Sur Internet, beaucoup d’experts en la matière donnent des conseils pour les éditeurs de blogs pour leur apprendre à monétiser leur site web.

En faisant du placement de produit

Le placement de produit est une technique que les influenceurs connaissent bien. C’est en effet ce qui leur permet de dégager la majeure partie de leurs revenus. Le principe est très simple. Dans les contenus que vous proposez, que ce soient des textes, des vidéos ou des images qui parlent de produits que vous devez placer. C’est le cas par exemple des tutos de maquillage dans lesquels une influenceuse va tester un produit récemment sorti sur le marché. Cette pratique s’est beaucoup répandue depuis ces dernières années dans de nombreux secteurs d’activité comme l’ameublement, le jardinage, le bricolage ou encore dans le domaine des cosmétiques.

La mode du dropshoping

Avant, pour se lancer dans le commerce de produits, il fallait avoir un magasin et surtout un stock de marchandises. L’arrivée d’Internet a permis d’élargir le champ des possibilités. Désormais, beaucoup d’entrepreneurs se font l’intermédiaire entre les fournisseurs et les clients. C’est une forme de courtage qui allie la vente de produits à la prestation de service. Le principe de fonctionnement repose sur une logique très simple : « dis-moi ce que tu cherches et je te dirai où tu peux le trouver au meilleur prix ». Ce système de commerce se répand de plus en plus sur la toile, car il offre aux clients l’avantage de la simplicité en facilitant la mise en relation.

Des micro-tâches sur le web

C’est l’une des dernières modes sur le web : la micro-tâche rémunérée. Le concept est très simple, certaines personnes ou certains professionnels ont besoin d’aide pour effectuer de petites tâches qui prennent entre 1 à 30 minutes en moyenne. Faute de temps et de compétences, ils utilisent les plateformes pour solliciter des personnes sur le web moyennant rémunération. Ces tâches sont de différentes natures. Il peut s’agir de tâches d’écriture, de test, de sondages ou de vrais services de proximité auprès de conciergeries en ligne.

Métiers en rapport avec les langues

Devenir professeur de langue en ligne

Vous pourriez également profiter de vos connaissances pour donner des cours de langue en ligne ! Internet vous permet de donner des cours à tout moment, à des étudiants venus du monde entier. Ainsi, depuis chez vous, vous pourrez enseigner la langue de votre choix à des élèves de tout âge et de tous niveaux.

Si telle est votre envie, Preply met à votre disposition toutes les ressources pour devenir prof de langues sur la plateforme. Tout comme vous, on y retrouve des tuteurs du monde entier, natifs du pays dont ils enseignent la langue. Vous trouverez des étudiants motivés, et pourrez fixer vos rendez-vous par webcam !

D’autres plateformes vous permettent de proposer vos services, parmi lesquelles Udemy ou Skillshare. Développez vos cours et trouvez votre tarif, avant de vous inscrire sur la plateforme de votre choix ! L’apprentissage en ligne a un très bel avenir !

Source image : pixabay.com

Satisfaire vos clients vaut de l’OR : faites-en votre 1er objectif

Plusieurs entreprises mettent l’accent sur la formation de leurs employés ou la participation à des séminaires pour booster leur rentabilité. Cependant, très peu d’entre elles misent sur la satisfaction des clients, qui est pourtant un facteur déterminant. Voici pour vous, les raisons pour lesquelles vous devez faire de la satisfaction de vos clients votre principal objectif et quelques actions à mettre en place pour booster votre plan de satisfaction.

(suite…)

Les nouveaux besoins en formation dans l’entreprise

La formation se définit généralement comme un ensemble de mesures mises en œuvre dans le but de favoriser l’acquisition ou le perfectionnement d’une qualification professionnelle. La formation en entreprise permet aux salariés de s’adapter à la constante évolution du marché de l’emploi. La sphère du travail étant soumise à un changement constant, les besoins en formation tendent à évoluer et il convient donc de les identifier afin de les satisfaire.

Comment faire pour connaître les besoins en formation des salariés ?

La mise en œuvre d’une formation adaptée aux nouveaux enjeux du marché du travail passe nécessairement par l’identification des besoins. Voici quelques outils et méthodes auxquels vous pourrez recourir afin d’identifier les besoins en formation de vos salariés.

Le quiz en ligne

Le quiz en ligne est l’une des méthodes les plus utilisées pour identifier les besoins en formation des salariés. Ils permettent aux responsables d’entreprise d’évaluer rapidement les besoins et d’y répondre en prenant des décisions adéquates. Concrètement, cette méthode consiste à envoyer une série de questions à un nombre considérable de salariés en vue de recueillir des informations assez spécifiques sur leurs aspirations professionnelles et leurs domaines de compétence.

Les quiz édités en ligne présentent l’avantage d’être facile à créer et à diffuser. Aussi, cette procédure est peu coûteuse et offre une facilité de récolte des données, d’encodage et de visualisation des résultats. Si vous projetez d’identifier les besoins de formation en entreprise, cliquez là afin d’élaborer et diffuser rapidement un quiz via internet ou le réseau intranet de votre entreprise. Vous pourrez à l’aide de cet outil, créer un modèle de questionnaire et centraliser les données récoltées afin de déterminer les réels besoins en formation de vos collaborateurs.

formation salariés

Les entretiens individuels

Les entretiens individuels sont un excellent moyen que vous pourrez instaurer pour connaître les besoins en formation de vos employés. Ils concernent aussi bien les chefs de service que leurs administrés. Cette méthode consiste à interroger individuellement ces derniers afin d’évaluer leurs compétences et d’adapter les formations aux objectifs de l’entreprise. Les entretiens individuels peuvent être réalisés en face à face ou par téléphone. Le principal avantage de cette démarche est qu’elle a un caractère personnel. Aussi, les entretiens individuels permettent un feedback plus personnel et naturel.

Quels sont les nouveaux besoins en formation dans l’entreprise ?

Les récents changements intervenus dans la sphère du travail imposent aux entreprises des formations axées sur certains domaines précis. Pour un rendement optimal, plusieurs structures incitent donc les collaborateurs à suivre des formations se rapportant aux matières suivantes.

Le référencement naturel

Les entreprises réalisent aujourd’hui les avantages qu’elles peuvent tirer d’un bon positionnement au niveau des pages de résultats des moteurs de recherche SERP. Elles commencent donc à investir dans l’amélioration de leur présence en ligne. Pour ce faire, ces structures ont donc besoin de former leurs collaborateurs aux techniques du SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche).

Pour les entreprises, le paiement d’une formation SEO aux salariés est généralement peu coûteux comparativement aux coûts qu’engendrerait le recrutement d’un consultant externe ou d’un référenceur professionnel à temps plein. Une formation en référencement permet à l’entreprise d’améliorer sa stratégie de marketing traditionnel. Pour tout savoir du référencement naturel et connaître les enjeux d’une telle démarche pour votre entreprise, vous pourrez accéder au contenu suivant https://www.succes-marketing.com/formation-referencement-naturel/.

La formation marketing et en marketing digital

Un des domaines dans lesquels plusieurs entreprises investissent aujourd’hui est le marketing. Ce dernier est à juste titre considéré comme levier principal de l’augmentation des ventes ou du chiffre d’affaires de la structure. Une formation en marketing pour les salariés permet à l’entreprise de gagner en visibilité.

Par ailleurs, le marketing digital est une nouvelle solution qui intéresse plusieurs structures. Il est considéré comme une méthode ayant pour but de promouvoir un produit ou un service en s’appuyant sur des canaux numériques. La formation des collaborateurs aux stratégies du marketing digital est donc un impératif. Parce que les marchés numériques sont soumis à une constante évolution et les consommateurs se tournent de plus en plus vers internet, les entreprises se doivent d’investir dans une formation de qualité pour leurs employés. Une formation en marketing digital permet aux entreprises de se baser sur leurs capacités numériques et leur attitude incitative pour améliorer la production.

La formation commerciale

La formation commerciale est particulièrement destinée aux employés évoluant dans une entreprise qui commercialise des produits ou services. Elle leur permet de faire face aux nouveaux enjeux ayant trait à leur domaine. La grande majorité des commerciaux ne vendent plus en employant des techniques dites « classiques » ou « traditionnelles ».

Leur intervention aujourd’hui se situe à la fin du cycle d’achat où ils agissent pour confirmer la phase d’information essentiellement couverte par les médias sociaux ou internet. Certaines structures ont opté pour la création de leur propre école de vente en interne. Cette option nécessite un investissement assez conséquent qui peut rapidement être compensé par le nombre de commerciaux à former.

D’après une étude menée en 2016 par l’organisme de formation professionnelle continue CEGOS, près de 92 % des employés considèrent la formation comme un levier de compétitivité pour l’entreprise. Les besoins listés dans ce guide permettront à l’entreprise de faire face à la nouvelle ligne imposée par la démocratisation des nouveaux canaux de communication.

Complément pour votre apprentissage